Le Big Bang…

Il leva la main d’un geste sec pour arrêter le temps. L’année qui marchait en tête, se heurta la première au mur invisible et tomba à la renverse en poussant un juron.

Le premier jour de l’an qui ouvrait la marche à ses trois cent soixante quatre frères et un quart d’avorton, cria gare mais un peu trop tard à l’armada qui le talonnait de près. Ils se télescopèrent dans un vacarme infernal, rebondissant les heures, les minutes et les secondes en milliards d’étincelles illuminant les ténèbres de l’espace d’une nuée d’étoiles.

Quand le temps reprit son cours, tous ne reprirent pas la marche et restèrent accrochés au ciel pour nous regarder battre la mesure.

Mais bientôt la mesure allait connaître sa première mutinerie et tous savaient que rien, dés lors, ne serait plus comme avant. Les heures creuses, surtout, refusaient de se plier au comptage des aiguilles et traînaient en quartier libre au beau milieu des cadrans. Les pleines n’étaient guère plus lourdes et proféraient de temps à autre quelques menaces à Chronos. Les sabliers étaient pris d’assaut par des minutes anarchistes et les papiers à musique tremblaient de tout leur solfège sous les cris endiablés des secondes décrochées.

L’ heure tardive arriva en courant

– mais que se passe-t-il..mais que se passe-t-il ?

il est en train de tuer le temps lui répondit l’heure avancée

– il s’ennuie ajouta une longue minute !!

l’année bissextile qui avait le temps de voir venir  – elle ne travaillait qu’a mi-mi-temps- s’approcha doucement de l’année en cours et murmura sardonique

– même pas foutue de maintenir la cadence…

Au moment où l’année en cours allait répondre à cette politesse, une précieuse seconde, rutilante de tous ses feux, déboula en trombe

– l’heure fatidique arrive à grande vitesse…si le rang n’est pas formé elle passera au travers

La voix du millénaire chef résonna tonitruante

– mais où est donc passée cette satanée minute de répit…à tous les précieux instants…en formation…faites écran…vite…. !!

..sur cet implacable mot d’ordre, les jours fériés et les jours J, les minutes de silence, les secondes d’attention et leurs rejetons de fraction, les heures de gloire, cent ans de solitude, l’affaire du siècle, un vieil almanach et même quelques années-lumière se rangèrent en marmonnant « ça va, va pas nous chier une pendule, le vieux!« 

Ils formèrent ainsi un large mur temporel contre lequel l’heure fatidique vint s’écraser et explosa en mille millièmes de secondes.

Voilà pourquoi, depuis ce sombre jour, les pauvres oripeaux humains sont prisonniers à jamais de la plus affligeante éternité.

Publicités

6 réflexions sur “Le Big Bang…

  1. Le big bang est donc du à un retournement du temps contre lui même ? A une heure fatidique révolutionnaire, qui finit pulvérisée en refusant l’inexorable de son destin ? Ainsi naquit l’éternité … mais pourquoi serait-elle affligeante, toute faite qu’elle est de jours fériés et de jours J, de minutes de silence, de secondes d’attention et leurs rejetons de fraction, d’heures de gloire, de cent ans de solitude ( poussière de seconde pour l’éternité), de l’affaire du siècle, d’un vieil almanach et même de quelques années-lumière, triomphants ? Et finalement l’heure fatidique ne serait elle pas un leurre, soupir facétieux d’un temps, que les moins de 20 ans … heu seconde décrochée … et s’il existe une seconde fatidique n’est ce pas celle du sec du geste de la main, là où tout s’achève et tout commence ? … enfin bref le big bang nous ayant précédés , il reste toujours sujet à caution. Merci pour ce joli voyage plein et délié, peut importe l’heure tant qu’elle est bleue et nous mène à bon port, du moment qu’on avance on est jamais en retard. 🙂

  2. « du moment qu’on avance on est jamais en retard »

    une bien jolie sentence…encore faut-il marcher dans le bon sens…ou le droit chemin même si par droiture, il nous arrive de faire de grands détours. Aussi, la bonne heure n’est jamais très loin pour qui sait profiter des heures creuses mais là encore, faut-il nécessairement les remplir ?

    l’heure de vérité ne peut-être sans le temps…

  3. Le pédagogue :

    L’impermanence d’ici-bas.
    La permanence de l’au-delà, l’éternité.
    « Ô âme sereine. retourne à ton Seigneur satisfaite et donnant satisfaction. Entre parmi Mes serviteurs. Et entre dans Mon Paradis ».
    (Alqoraane, sourate 89, Alfajr, aayate 27 à aayate 30).
    L’Enfer pour ceux et celles qui n’ont pas donné satisfaction.
    Qu’Allaah nous en préserve.

    1. j’ai toujours trouvé les traductions françaises du coran très approximatives et le plus souvent ne reflétant pas le sens exact de la parole divine
      ainsi je tique un peu sur le « satisfaite » pour traduire le « radiyatan » qui je crois exprime plus une « acceptation résignée de la part de l’âme et une acceptation magnanime de la part de son seigneur » qu’une « suffisance »…je verrai plus « consentante » à la place de satisfaite pour l’opposer à « récalcitrante »

      wallah ou a3lam….

  4. Le pédagogue:

    « Consentante » me semble en effet une meilleure traduction de « raadiya », qui dans mon intervention se réfère à « satisfaite ».
    Qu’Allaah nous aide à faire de notre mieux.

  5. Mzabi, je me suis régalé avec ton big bang :

    J’ai adoré et j’étais envieux du fait que je ne sais pas jouer à la
    guitare mais pour compenser j’ai voulu t’offrir un p’tit morceau de Zaho, une des mes
    adoratrices :

    Sinon revenons aux fondamentaux et écoutons notre père Ferré :

    Lambdaoui…un métèque de par le monde !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s