what a wonderful world- episode 2 : la promenade…

Après m’être longuement tâté sous le porche (non vilains lecteurtrices, je ne suis pas à poil sous mon imper jaune, mes bottes rouges et mon sac de bonbons à la main réservé aux petites filles à la sortie de l’école…) pendant que ce débile de canin s’amusait à écraser de sa truffe les malheureux blattes osant s’aventurer de sous la plaque d’égout, je pris, outre le chien par la laisse d’un geste brusque à lui faire cracher ses horribles globes oculaires, la ferme bretonne intention de ne point m’en laisser compter et d’y aller direct en forçant le barrage du grand tapeur.

Son scanner infra rouge eut vite fait de me repérer. Le vampire suceur de cents prit vingt ans d’un coup. Son dos se voûta tel un soufflet de cardan, ses sourcils s’affaissèrent…on aurait dit Senhaji en pleine poussée d’une 3ayta constipée, ou vous cher(e) lecteurtrice, en pleine communion avec la cuve des toilettes dans une tentative, à la veine bleue (hémorroïdale il va de soi), de chier votre stress quotidien d’un bronze couleur béton…bref, un air à faire vraiment pitié.

Je hais le modernisme presque autant que vous (enfin là je suppute). Un modernisme truffant nos rues d’un tas de laissés pour compte et pas que de fées, nos anus de poussées hémorroïdales, nos artères de saindoux macdonalien, nos dents de bagues inoxydables, nos aéroports de scanners voyeurs voyous… si encore on nous donnait les clichés de ces IRM à air au porc tueuses, on éviterait bien des morts subites. Croyez en la parole du plus beau baratineur de la plus belle maison de la plus belle rue du plus beau quartier monde. Mais, ce que je haïssais avant tout, c’était ce manque de dignité humaine corollaire chez ces hordes concupiscentes d’outlaws mendiants squattant les rues de nos villes. Je n’aimais pas leurs regards gluants qui vous léchaient les bottes de l’altruisme, leurs mains noueuses constamment tendues dans une éternelle prière au seigneur. Dieu est celui qui donne et l’instant d’une pièce tournoyant  en l’air vous aviez, à leurs yeux, le monopole de sa représentativité convertible sur terre. Ces milles et une mains tendues comme dans un conte d’orient passéiste…trop c’est trop me dis-je comme un déclic de kalach …

Action

« extrait du carnet de bord (del de son prénom) d’un rescapé du syndrome de la manche »

20 octobre de l’an de grâce 2056 …(purée ! je m’était tâté tant que ça sous le porche ?? )

Debout sous le porche de la plus belle maison de la plus belle rue du plus beau quartier de la plus belle ville du plus beau pays du monde je jaugeai rapidement la situation. Quelques cent cinquante mètres à franchir pour atteindre les barricades barbelées de la boulangerie. A mi chemin, le grand tapeur derrière lequel rampaient une horde de gueux qu’on aurait cru tout droit sortis de zombie land. Le canin pouvait facilement venir à bout de la moitié de la horde gluante et le vigile de la boulangerie – seuls les vigiles appartenant à la compagnie internationale de sécurité avaient le droit de porter des armes – pourrait se charger de l’autre moitié.

Je devais me charger quant à moi  du grand tapeur contre lequel les balles soniques ne pouvaient rien au vu des flammèches bleues signalant l’activation de son bouclier magnétique.

J’activai mon propre bouclier, sorti ma dague empoisonnée de son fourreau et envoyai mon droit dans les miches du canin qui, reconnaissant le signal de l’attaque se mit à japper en bavant de plaisir ; l’enfoiré de clebs raffolait des culs de jattes plus que des blattes.   Je m’élançai comme une flèche. Le clebs, électrifié par la vue de cette banque de sang en instance me dépassa d’un bond par-dessus tête pour entamer sa première perfusion. J’entendis les os du premier rampant craquer sous ses mâchoires d’acier. L’enfoiré s’en donnait à cœur joie. Les bras, les jambes, les têtes volaient dans tous les sens à grandes gerbes pourpres. Les ondes soniques ne tardèrent pas à se faire entendre, assourdissantes. Le vigile, adroit, m’ouvrait un chemin sur la droite, le long du mur. Les têtes, les bras se désintégraient au fur et à mesure de ma course. Le grand tapeur se rabattait à grande vitesse vers moi. Les ondes soniques rebondissaient dans un affreux miaulement sur son bouclier. Au moment où il fut sur moi, je stoppai brusquement, enfonçant mon pied dans le ventre mou d’un corps que le clebs décapita d’un coup de monstrueuse mâchoire. Je balançai mon buste en arrière tout en rompant sur la gauche. La dague à double tranchant du tapeur glissa dans un crépitement bleuâtre sur mon flanc droit pour venir tailler le visage, en pleine bouche, d’un gueux qui tentait de me prendre par la jambe. Sa mâchoire en tomba, et pas que d’étonnement. Il me regarda un bref instant, les yeux ronds d’étonnement, avant que le reste de sa tête ne vola en éclats sous un coup de dents du canin. De la main gauche j’attrapai le grand saurien…pardon vaurien, par les cheveux et le déséquilibrai pour me retrouver juste au dessus de sa gorge. Ma dague visa son cou, trop vite, ce qui la fit rebondir sur son bouclier dans un crépitement de gerbes brillantes. D’une habile contorsion de son corps incroyablement musclé, il réussit à me faucher des deux jambes. Je me retrouvai brutalement sur le dos. Sa dague descendait lentement, pour franchir mon bouclier, en plein visage. Son sourire narquois se transforma soudainement en un rictus de douleur. Les boucliers magnétiques avaient certes la propriété d’arrêter tout corps métallique ou sonique au delà d’une certaine vitesse mais,  ne pouvaient hélas rien contre la matière organique. Cette bonne vieille matière organique formant la principale composition de la tête de mon monstrueux et fidèle canin qui, d’une toute autant monstrueuse morsure, venait de le débarrasser de ses attributs du sujet qu’il arborait fièrement dans sa bouche avec un morceau de fond de culotte. J’en profitai pour appuyer doucement la pointe effilée de ma dague contre son œil droit et poussai de toute la force de mes deux bras…jusqu’à ce qu’elle ressorte par le crâne.

Je balançai le corps inerte sur le côté, me redressai prestement sur mes jambes et repris ma course, le chien à mes côtés. Le vigile dégomma les derniers rampants téméraires. Je sautai, en même temps que mon sanguinaire canin derrière la barricade…

….

–          « joli temps pour une promenade monsieur »

La voix, que je pris un court instant pour celle du vigile, me sortit de ma rêverie vengeresse. Le soleil de cette journée d’octobre 2010 caressait (je vous la joue retour vers le futur là), langoureusement, les murs défraîchis de la plus belle rue du plus beau quartier de la plus belle ville du plus beau pays du monde. Une aura diaphane auréolait d’une douce lumière les contours des fenêtres et l’ombre du matin étirait sa fraîcheur jusque sur les toits.

– « j’ai dit joli temps pour une promenade » reprit la voix

C’était mon voisin. Je me sentis quelque peu rassuré par l’image apaisante de la personne. Je me dis en souriant qu’il y avait encore des gens normaux dans cette foutue société de mollassons sans fierté aucune. Profitant de ce qu’il considérait chez moi comme de la bonne humeur le voisin impromptu s’enhardit à me quémander un service…

-« dites ! Vous n’auriez pas cent balles à me prêter packe….. »

Je n’entendis plus le reste…

J’entendis juste le chien se mettre à japper comme attendant mon signal. Je vis dans ses yeux les années défiler et le cadran s’arrêter sur 2056…..

Publicités

20 réflexions sur “what a wonderful world- episode 2 : la promenade…

  1. j’ai mis du temps à me remettre de cette suite populo-sordido-galactico-gargantuesque, sans oublier la dimension luckylukienne avec juste un vrai clebs mordant à la place de rantanplan !

    l’après prochain billet du blog notes te sera donc dédié, vu que j’ai déniché dans une rue quelque part dans casablanca un bout de décor qui irait très bien dans celui de la tienne (le décor de ta rue, tu auras compris et tes lecteurtrices aussi, sauf le respect) avec notamment un vieux chat tout pourri qui a l’air d’attendre ton chien passer pour le taper, ne serait-ce que pour lui échanger un surplus de puces contre un excédent de tiques, enfin va savoir, à ce niveau-là déglinguerie, tout est permis…

  2. Pov’ Kb, faut admettre que réunir les plus puissants chamans, voodoo, fquihs, rabins, ainsi que le pasteur Terry Jones, ne viendrait pas à bout du S’hour qu’on lui a mis dans le plat (à base de vessie de crapaud du nil, nichons de veuve noire, colon de poisson fugu, rectum de fennec, et machoire broyée de vipère à cornes) :)))

    Qu »allah te vienne en aide ! :))

  3. Benji, le seul « shour » de ma pâtée quotidienne c’est la rencontre urticante avec une espèce en prolifération exponentielle dans les rues de casablanca. On ne peut plus faire 15 m sans se heurter contre ces mains tendues à la voix professionnellement doucereuse, on dirait qu’elles ont toutes fait un stage chez les « ben gesserit » et capables donc de remuer de leurs notes acérées les tréfonds de votre culpabilité dont seul un délestage en argent et nickel peut vous en soulager.
    Trop de mendiants ! on ne sait plus qui est vraiment dans le besoin et qui ne l’est pas. Ils sont partout. Aux feux, à l’entrée des supers marchés, Installés par terre devant les boulangeries le visage caché façon touareg, dans les parkings, devant les mosquées, dans les cafés, les restaurants, les bars, les hammams, les marchés, même dans les salles des hôpitaux, devant les tribunaux, devant les banques, devant les écoles. Partout, vraiment partout. Pas moyen de se promener tranquillement à pied sans que vous ne soyez arrêtés tous les 10 m par un « 3allah » itinérant. Ils sonnent même à votre porte maintenant. Ceux qui me font le plus chié c’est ceux devant les guichets automatiques. L’air de te dire zaama je t’ai pris en flagrant délit de possession d’argent et tu n’as pas le droit, charité oblige, de me dire « Allah yessehel »…et ducon, tu crois tout de même pas que je vais te donner cent balles ? packe le guichet y donne pas de pièce lui. Le minimum c’est un billet de cent. « et pourquoi pas m’a fait un jour une représentante de la cour des miracles…zaama on le mérite pas ? »…avoues qu’il y de quoi te donner envie de sortir ton magnum 45 et de faire un carton en plein milieu de sa poire puis de vider le chargeur dans son buffet !
    Va pas croire que je suis radin ou que je manque de charité humaine mais il y a un seuil de tolérance à tout et dans le cas de la mendicité à Casablanca se seuil est franchi depuis belle lurette !

  4. salvadorali…le prochain épisode sera du genre « lune de miel » façon barbara cartland pour attirer une ou deux filles…y en a marre des railleries benjiques qui sentent la tfoussikha 🙂

  5. @ kb

    t’as raison, c’est plus cool de débattre quand ya des filles et des garçons mélangés, ça limite un peu les dérapages genre humour glauque qui pue un peu beaucoup… en tous cas voila benji prévenu 😉

    mais pour les mendiants, je comprend tes réflexes à la 357 Magnum Harry vu que je partage déjà les rêves de lance roquette au pied du sapin de ceux qui en sont arrivés pour leur part à détester les klaxonneurs hystériques, au point d’envisager d’en pulvériser quelques uns pour l’exemple…

    restons zen, moi j’ai trouvé l’arme fatale contre la mendicité de plus ou moins bonne foi quand tu estimes que tu as assez donné comme ça… je suis allé à Derb Ghallef et j’ai demandé à un vendeur que je ne dénoncerai pas de me dénicher le Mask, je veux dire The Mask, tu sais, le même que celui du film mais en vrai… et comme ils sont vraiment très efficace au Derb, eh ben le type me l’a trouvé ! c’est cool pas vrai les méthodes super-héros ! donc chaque fois qu’un mendiant s’avise d’outrepasser, ze Mask fait son effet sur mon visage à l’abri en se fendant d’une intense expression de compatissante et souriante humanité, parce que bon, l’homme ne vit pas que de pain, faudrait expliquer ça à tout le monde en fait, autant ceux qui ont de l’argent caché dans les murs que ceux qui les rasent faute de mieux…

  6. et que peut-on y faire mon Kb ! y aurait trop à dire sur ce sujet, laissons le chameau accroupi… on a parfois l’impression que la moitié de la ‘population active’ exerce ce métier, certains le font en col blanc, d’autres exploitant les relations familiales, et d’autres bien sûr, les moins futés, sont ceux que tu croises partout du matin au soir ! le truc est qu’il faut pas croire qu’en donnant, on obtient la gratitude, ou on résoud quoi que soit, c’est le contraire, faut rien donner, et laisser faire !
    j’ai toujours dit que le maroc compte 120 millions d’habitants, et chui certain du chiffre, rien qu’à Casa, y a 26.728.423 exactement, ce 423ème est né au milieu de mon commentaire, et il a été non désiré comme ses prédécesseurs: une erreur conjugale comme les 87.92% de la population ! mais personne ne veut me croire ! :))

    et avec ça tu crois qu’habiter la colline de l’anfa supérieur va t’épargner quoi que ce soit…! c’est que tu sais pas que tu deviendra une cible de choix pour les hauts calibres… oublies cette histoire mon cher kb, mieux vaut te faire saigner de qq dirhams encore…

    Allez, prends les choses avec philo mon cher kb, sinon, tu pètes les fusibles.. nous approchons la fin de l’histoire comme dirait l’autre et pas qu’au pays !

  7. 3allah, allah irham biha lwalidine…Kb wahed 5 tdrahems wila ma3endekch serf, 3tini 100 drhems nred alik serf wallah ghir ara liya chi baraka tbe3ed alik lbla ou lbass amine ya rab al3alamine…
    kalimate mendiante du net, choufou, rah c’est moi la première, qui volera mon statut il aura affaire à moi…sirou lchi blog akhour, dorénavant le blog à KB c’est mon coin de s3aya :))))

  8. @ kalimate

    ravi de te croiser ici ! et respect pour ton territoire autoproclamé ! mais tu me permettras de faire à benji la charité d’un commentaire.

    la seule fin de l’histoire dont il ne parle pas et pour cause est celle des prédicateurs apocalyptiques en tous genres, dont on se demande pourquoi leur logique funestement fataliste devraient être prise au sérieux.

    mais si benji veut parler des « Signes du Temps advenu » , qu’il s’efface donc un peu devant l’augure divin, celui de l’Islam notamment ! pas la peine de nous infliger en prime son petit eugénisme à lui, qui s’impatiente sans doute de prendre finalement si j’ose dire le taureau par les cornes en matière d’humains surnuméraires à ses yeux…

  9. @Salvadorali, j’aimes bien ton humour et je te préviens là.. j’ai fait mes propres statistiques et j’en conclus qu’au maroc nous sommes même en dessous de la norme des enfants indésirables avec le restant des pays ! la moyenne maghreb-europe se situant aux alentours de 89% :)) explications; si tu additionnes les rejetons de la deuxième guerre chez eux, et les rejetons des mariages polygames chez nous pendant la période 1930 à 1950, tu te retrouves avec les trois quarts de la population du bassin méditérranéen toutes origines confondues névrosée aux alentours des années 60 et 70! mais côté sud, par manque de bol, le renouvellement de la population ne s’etant pas fait dans les meilleurs conditions socio environementales…on a fini avec qq chose comme un individu sur deux dépossédé de ses pleines capacités mentales, mais dont la quequette démarre au quart de tour et tout ce qui s’en suit comme mariages de circonstances dévastateurs sans la moindre couverture sociale, et encore moins avec un chèque à la fin du mois comme cela se pratique dans l’hémisphère nord ! d’ou un endettement des etats européens sans pareil, face une déchéance sociale au sud sans commune mesure !

    au lieu donc de faire une fixation sur ma fin de l’histoire dont tu n’as aucune espèce d’idée (pour oser l’aligner aussi sec sur les thèses de ben laden) 🙂 tu ferais mieux d’imaginer qu’elle ressemble plutôt à une tarte à l’aubergine molle et huileuse qui finit tôt ou tard son envolée sur la tronche de convives ayant tendance à abuser du canapé au point de soulever leur jambes pour me montrer leur cul ! 🙂

    et donc il faut croire que les mendiants au maroc ne sont pas plus moches ou mal éduqués que leur confrères européens qui par les mêmes prédispositions socio émotionnelles ont cette manie de vivre au crochet de l’autre sauf qu’ils ont cette chance de tirer un chèque en euros à chaque fin de mois tout en ayant accès à un guichet unique pour leurs besoins autres que financiers… dont une panoplie de services de remise en etat de la dignité humaine. point barre !

    quant au raz le bol de Kb, je ne suis pas encore sous prozac je suis parfaitement conscient qu’il ne fait qu’exprimer humainement sa douleur pour ces âmes perdues et qu’on croit vides à tord, car derrière chacune il ya forcément une histoire qui aurait dû mériter notre attention mais qu’on cherche à éviter afin de mieux vivre notre statut d’énergumène parfaitement intégré à la machine qui broie de l’humain sans état d’âme.

    ce qui ne signifie pas que je cautionne les methodes utilisées par nos amis les mendiants, au contraire, j’ai bien précisé qu’ils ne fait aucune différence d’être mendiant dans la rue, ou dans la vie puisque le constat et le résultat est hélas le même !

    quant au 120 millions de congénères qui doivent peupler le terroir, je n’ai fait que dénoncer l’anarchie dans laquelle vit encore un peuple comme le nôtre, dont le quart vit dans cette agglomération sordide connue sous le nom de la maison blanche qui n’a plus rien de blanc, même pas les terrasses de la côte de jadis ou l’on prenait un grand plaisir à s’y balader et prendre un pot tout en admirant le crepuscule !

    il reste donc aux habitants de l’anfa supérieur un petit peu de hauteur par rapport à ce monde grouillant de vie mais aussi de misère, et c’est sans doute dans ce dernier bastion de l’art déco et de la démesure financière qu’il faut chercher les vrais indésirables qui pour se faire désirer ont mis le paquet pour se frayer une villa vue mer, qui ne fait plus le bonheur que de la lyonnaise des eaux et autres pourvoyeurs de factures salées dont les banques qui monnaient les prêts inimaginables n’ayant qu’un seul but, pouvoir y mettre la main dans le cadre de saisies totales, bref, une fin de l’histoire comme elles les aiment, tragiques, cruelles et sans états d’âmes… enfin sauf à ceux qui siègent dans ces banques et tiennent les rennes de la maison blanche jusqu’à date…

    sinon, j’ai rien contre les humains ! 🙂

  10. Bon, si j’ai bien retenu la leçon : la capote c’est l’avenir comme dirait truman de sang froid…hé hé
    Une petite, pour le bas peuple afin de freiner ses élans baby-boomesques qui n’ont pas eu besoin de guerre, juste une parabole en érection à 13°, pour gonfler d’adrénaline les corps caverneux de son Ego.
    Une grande, qui servira de cagoule aux strates supérieures au moment de leur mettre la tête sur le billot en criant « les bourgeois sont des cochons »… formule que je trouve plutôt désuète vu que le virus de la cochonnerie ne fait pas de distinction sociale dans sa politique pandémique. J’veux pas jouer au prédicateur mais faudra se dépêcher car il parait que l’arrivée du grand borgne est pour bientôt et que les gogs et magogs vont bientôt universaliser l’espèce dans un statut post-mortem.
    En attendant, je déplore l’intellectualisation de ce blog que heureusement vient adoucir les douces paroles d’une déesse aux bras multiples et au regard d’azur 🙂

  11. @ kb

    tu déplores l’intellectualisme de ce blog ? c’est l’intellectualisme qui te défrise ou alors l’intellectualité ? parce ue c’est pas tout è fait la même chose, et je dis pas ça exprès pour te prendre la tête vu ce que doivent t’épuiser déjà tes combats au pistolet sonique ou je ne sais quoi de drôlement léthal. non, je demande à savoir pour m’adapter, le cas échéant.

    mais quand même, nous dire ça à nous tes fidèles commentateurs que moi en tous cas je suis devenu, que la profondeur de nos débats pour la gloire de tes exploits, vengeur urbain et rédacteur mondain confondus, eh bien c’est pas cool du tout, et je dirais même plus, ça refroidit !

    tout ça pour faire des révérences à ta copine la déesse aux cent bras, que ça doit lui compliquer vachement la vie quand elle se mouche, même qu’à son trip mendigotique, on se dit qu’elle doit avoir les fils qui se touchent… et d’abord qu’est-ce qui te fait croire qu’elle a les yeux bleus, cette manipulatrice ?

    donc, le débat en était arrivé à la fatalité de l’invasion à son stade aggravé et à la légitimité d’envisager toutes les solutions alternatives possibles et surtout imaginables.

    conclusion : c’est pour quand, l’épisode III ?

  12. non mais je dis ça packe avant j’étais un grossier personnage et que là je suis obligé de me mettre à niveau, de parler la bouche en cul de poule en sirotant ma tasse de café avec le petit doigt levé, de dire pleins de trucs intelligents, de citer des références de lectures, de me wikipédiatiser…bref, me montrer à la hauteur de mes commentateurs..tu ouas l’truc?
    benji est très pointilleux sur la propreté des lieux…il me pousse même à mettre des rideaux jaunes à cet espace et quelques pots de fleurs par ci par là

    je rigole..j’ai beaucoup d’estime pour tous mes commentateurs c’est d’ailleurs gr^ce à leur générosité que ces espaces d’échanges continuent à vivre et pour cela je ne les remercierai jamais assez 🙂

  13. Kb je crois que t’as déçu les commentatrices dans le sens que t’as jamais voulu t’appliquer pour en attirer plusieurs à la fois…

    petit conseil amical amical du mode d’emploi selon ce que j’ai appris en feuilletant qq magazines pour femmes les dix dernières années 🙂 tu postes cinq photos catégorie kb mannequin :

    photo 1 la photo qui ouvre l’appétit : arborant un sourire western, posture sexy, ensemble Jean’s, chemise à carreaux ouverte sur le torse, santiags et grosse ceinture cowboy, tenant en laisse un cheval, en arrière plan: champs vert, ruisseau, et soutien gorge en dentelle blanche accroché à l’arbre en gros plan… (t’inquiètes, tes origines ne feront que donner du cachet à la picture. assures toi de contacter le metteur en scene des films des frères Migri pour ce genre de mise en scène 🙂 )

    photo 2 celle qui rassure et qui assure: en plein exercice dans une salle de sport, le front en sueur, les muscles en relief, paire de nike sales aux lacets ouverts et 2 ou 3 jolies gonzesses en plein exercices en arrière plan… (tu peux avoir recours au producteur de la soirée sport sur 2M pour ce genre de scène, oublies pas de t’entraîner 4 semaines avant afin de faire ressortir qq chose ) 🙂

    photo 3 celle qui tente sérieusement : en chemise blanche collante, et attablé autour d’une table aux mets delicats.. avec coupe de champagne mi pleine, et un air de casanova, avec un ami genre black élégant et quatre gonzesses brune, blonde,noire et chatain.. en chaleur.. l’une d’elles te prenant la main (il faudra reserver une excellente table à Marrakech, et contacter un gérant de boîte de nuit pour les arrangements..) 🙂

    photo 4 celle qui envoie un signal aux hormones : bronzant sur une chaise longue sur une plage de sable blanc et fin, plongé dans la lecture d’un bouquin, en arrière plan une villa aux lignes épurées…(tu peux contacter le magazine de la RAM, direction de la pub et leur offrir ce service…à condition que la pub apparaisse 3 mois plus tard) 🙂

    Photo 5 : enfin, celle qui va déclencher l’attaque, pas besoin de mise en scene cette fois; toi et ta femme au dernier mariage de ta cousine, avec une indication au marker rouge : fleche indiquant ta femme que tu mentionne comme ton ex…:)

    et enfin, tu postes un billet sur la meteo d’une journée quelconque d’il y a 3 mois ou trois ans ou 13 ans…bref, assures toi que c’est du n’importe quoi 🙂

    je te parie que t’aura des surprises le lendemain… sois pas surpris de recevoir des lettres d’admiratrices aussi, je te paries une paire de chaussettes en véritable fil d’écosse que ça marche !:)

    bref, Coût de l’opération : 30 à 50.000 dhs, (on est là pour participer s’il le faut :)) et sérieux coup de balai de ta femme sur le crâne engendrant un extra de 10.000 dhs (pas de participation:)) pour radiologie et analyses à la dernière clinique branchée du coin 🙂

    Benji… Expert en public relations – refonte d’image avec les moyens du bord..

    et t’avises plus de nous chier des billets sur les mendiants, pour ensuite nous le reprocher ! non mais ! :))))

  14. @ kb

    des rideaux jaunes et des pots de fleurs ? bon déjà ce benji je le sentais pas trop surtout depuis qu’il s’est mis à me dire des gentillesses sur mon sens de l’humour, comme si on était là pour faire de l’humour… mais là, son histoire de campagne de relations publiques à la noix, pourquoi pas carrément ta binette en 3D genre Kaw Kaw Power sur un 4×3 dans tout casablanca, pendant qu’il y est ? et tu voudrais te salir les mains à aller farfouiller dans wikipédia rien que pour faire plaisir à l’intelleuctualisme du premier lénifieur venu ?

    décidément faut que je te fasse parvenir cette photo de chat pourri perché sur une pile de cartons graisseux surplombant une poubelle géante verte dont le couvercle éventré depuis longtemps laissait s’échapper les promesses de milles et un délices en décomposition avancée, pendant qu’à cinq ou six mètres, sur le terrain improvisé croisement de la rue des Senteurs, quartier de la Paix, Beauséjour, Casablanca, une bande de monstrueux gamins éructaient une partie de football. le genre de paysage urbain que même les gars des bennes à ordures préfèrent éviter, vu qu’ils ne savent plus qu’est-ce qui est de l’ordure et qu’est-ce qui n’en est pas…

    résiste mon cher, résiste ! et si benji veut n’avoir à commenter que des billets propres sur eux, qu’il les écrive donc un peu, qu’il se fasse blogueur, la blogsphère manque de bras 😉

  15. @kb, ouais c’est ça.. trouves toi donc des excuses en t’payant ma poire pour justifier le fait que t’écrives plus de poèmes depuis belle lurette, sans doute que l’inspiration n’y est plus depuis que t’as commencé à rêver d’anfa palm springs !:)))

    @Salvadorali, je t’assures que ça me tente de créer un blog, sauf que chuis tellement nul en tech… et faute de temps ! or que la vraie raison est que si j’y arrivais, ce blog deviendrait au bout de trois mois non grata dans tous les serveurs connus et informels de la toile 🙂 je crois que je déclencherais une fatwa sans précédent mondialement à mon encontre, étant du genre à pouvoir concilier Satan avec les trois religions monotheistes:) poussant le compromis ou Satan viendrait m’implorer pardon pour lui permettre de revenir à ces sataniques habitudes 🙂 je crois qu’au bout de la deuxième semaine, Nancy ajram, Samantha Fox et Pamela Anderson signeront mon billet du matin tout en me payant des honoraires de pub faramineux…surtout pas en nature, vieilles et moches qu’elles sont maintenant :))

    et t’avises pas de douter de mes capacités, sinon t’as qu’a reprendre le train pour marrakech…dans l’espoir d’y rencontrer le dalai lama cette fois, et qu’il te fasse des révélations avec ses petits doigts dans un compartiment de première 🙂 qui sait, le prochain festival de cinéma pt’être… en tous cas, sois prêt sur le quai 2 de la gare de sidi el aidi on sait jamais 🙂

    bon allez je vous aime tous vous le savez, kb à déjà planté un cactus à l’entrée du blog, et une haie d’orties dans le salon, il ne dort plus sans souhaiter qu’un tsunami me terrasse, qu’une population de pirahnas vienne à bout de mes os 🙂 rien à faire… j’ai déjà une chaloupe insubmersible à l’epreuve d’armagedon, enrobée de silicone, avec trousse de secours, peignoirs en soie et tout ce qui faut pour prendre son pied pendant un cataclysme:)

    Psst Kb : allons kb, un p’tit poème et te revoilà en forme.. yala..un p’tit effort..:)

  16. salut benji, faut que tu saches que les trains sont faits pour rencontrer des gens, ou alors pour embarquer des gens qu’on n’a plus envie de rencontrer sachant que kb, lui, préfère faire à façon pour en débarrasser le marché… mais tes sarcasmes sur le dalai-lama m’amènent à conclure que tu n’es au fond qu’un suppôt des Chinois ! la hauteur spirituelle des tibétains te prend la tête toi aussi, c’est ça ?

    mais tu rencontres jamais personne dans les trains, toi ? ou alors rien que des gens qui n’ont rien de passionnant à partager ? on voit le résultat ! bon, c’est pas que je doute de tes capacités mais j’ai l’impression que tu pousses en peu en t’annonçant comme un potentiel ennemi public numéro un des hébergeurs et administrateurs de réseaux…

    je te laisse donc à tes piranhas enrobés de silicone et à tes peignoirs en soie, à ruminer la fatwa dont tu ne seras jamais l’objet 😉 laisse toi donc tenter !

  17. kb j’avoue j’ai pas pu te lire (là ici et maintenant ) et je suis déçue déçue déçue…

    déçue comme un jour de baklava light…

    comme un aviron sans pelle …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s