Attention, balles perdues !…

J’aurai voulu donner comme titre à ce post « les bas de l’aine du ballon rond », ou « qui veut jouer aux ballons? », ou bien « cachez moi ces ballons que je ne saurais voir », ou encore « des ballerines aux balles rondes » mais j’aurai été autant, sinon plus, manipulateur que les promoteurs du football féminin en France qui ne lésinent pas sur les moyens dans la promotion de ce sport. Et comme vous ne le savez sans doute pas (je fais tout pour vous le cacher), je suis un modèle de rectitude morale, de droiture éthique, de probité intellectuelle et de sincérité humaniste

Fort d’un capital footballistique lui assurant bien plus de rondeurs que ne peut en procurer un ballon, Adriana karembeu promeut le football féminin. Pourquoi pas après tout, puisque entre-nous elle le vaut bien et que, allez, vous le valez bien aussi, gros bêtas, dans la voracité sans cesse croissante de la symbolique marchande.

Le capitalisme évolue et affine chaque jour un peu plus l’utilisation subtile de la combinaison « désir/frustration » pour se reproduire, comme une gangrène, étalant ses ramifications jusque dans les confins les plus reculés de la dimension anthropologique de l’homme.

Pauvre femme (je la consolerai bien moi) plus libérée que pour être mieux asservie au besoin mercantile. Pauvre femme (je la savourerai bien moi ) hissée enfin au stade suprême d’une bonne bière qui mousse. Pauvre femme constamment mise en scène (j’en jouerai bien moi ) mais presque jamais remise en question pour des besoins bassement vénaux de vente. Pauvre femme dont l’émancipation restera encore et toujours à faire. Pauvre femme à qui il est continuellement tendu (je lui tendrai bien la mienne moi) la carotte de l’utopique égalité d’avec l’homme…une carotte dont elle raffole naturellement….instinct de lapine sans doute….

Hélas, contre le cantonnement de la représentation collective de la femme post moderne dans son statut « caricatural » d’objet je n’y puis pas grand-chose puisque la principale intéressée semble se complaire ( et son con me plait aussi) dans son nouveau statut de « statue » qu’on adule. Son image est plus importante à ses yeux que le réel et en corollaire, la passivité l’emporte sur l’action libre.

L’apparence de la libéralisation des mœurs c’est encore le règne du faux dans le contexte contemporain. Un règne dans lequel le corps de la femme sert de valeur marchande…bref, la domination machiste continue, juste qu’elle se fait de manière beaucoup plus subtile ou plutôt sournoise, étriquant l’émancipation « autorisée » de la femme à la seule voie de la libération sexuelle.

Une entourloupe contre laquelle je ne puis vraiment pas grand-chose malgré toute ma volonté dans l’action de conscientisation. La seule chose que je puisse encore conseiller, puisque la majorité « consent » à se laisser « décapoter » l’organe à penser, est de conserver cette capote pour protéger ce qui désormais anime les peuples….

Publicités

15 réflexions sur “Attention, balles perdues !…

  1. Je l’aime bien moi dans sa position caricaturale …
    Je te concède qu’avec du reCULe, elle est ridiCULe, la position, mais dans le feu de l’action tu savoures ta domination.

    7didane … de temps en temps prédateur ^^

  2. Clap Clap pour

    [ L’apparence de la libéralisation des mœurs c’est encore le règne du faux dans le contexte contemporain. Un règne dans lequel le corps de la femme sert de valeur marchande…bref, la domination machiste continue, juste qu’elle se fait de manière beaucoup plus subtile ou plutôt sournoise, étriquant l’émancipation « autorisée » de la femme à la seule voie de la libération sexuelle. ]

    *** à compléter par ce passage D’Alain Soral chez Ardisson D’Avril 2004 pour son Livre Misère du Désir . ( à partir de la minute 4 )

    Pour une conscientisation efficace, apparement il faudrait basculer vers le paradigme constructiviste ( l’action précéde le savoir ).

  3. kb, que c’est intéressant tout ça! l’homme moderne, en plus de devoir adapter sa carotte aux nouveaux standards… peut se payer un porte-jarretelles et un voile de danseuse baladi s’il veut, et peux tenter une brèche dans une secte féministe, ils pourra y cacher sa carotte sans problèmes…:)

    et quant il aura fini, faut pas qu’il oublie de prendre la pilule (la bleue), et si avec ça il bande toujours pas, y a aucune raison de refuser que Mme se fasse justice elle même en ayant recours à Hadj bongo 🙂 ben quoi, l’amour et le sexe sont deux choses différentes non ?!

    l’homme du 21ème sicle finira par avoir ses règles je vous dis… c’est une question de temps avant que les scientifiques et les toubibs ne lui imposent 🙂

    aie aie, je crois que je vais me faire démolir là… déjà que c’est pas moi qui ait la plus grosse carotte 🙂

  4. plus sérieusement, il y a dans ce contexte selon moi un chaos voulu et entretenu aussi bien par des femmes que des hommes qui se foutent de la geule du peuple et d’eux même ! il faut dire qu’au fond, cette guerre on l’a voulue essentiellement materielle, et ni l’ultra libéralisme, ni la surconsommation et encore moins le chaos politique qui destabilise ce monde.. ne sont là pour arranger les choses! les trois quarts des femmes qui peuplent la planète ne rêvent plus que de carottes idéales, riches et prospères, et les trois quarts des hommes qui peuplent cette planète ne rêvent plus que d’être cette carotte idéale, riche et prospère 🙂
    tenez, sur les cinq continents répertoriés jusqu’a date, les 900 cultures repertoriées jusqu’à ce jour, demandez à un père, une mère ce qu’ils désirent le plus pour leur gentille fille adorée, ils ne vous le diront pas, mais vous verrez dans leur yeux se dessiner une carotte idéale, idéalement riche et prospère ! demandez à Rachida dati si ça vous chante, au couple obama, au ménage qui a adopté en afrique ou en chine, et même à un imam saoudien ce qu’il désire le plus pour sa gentille fille adorée et voilée, il ne vous le dira pas, mais vous verrez dans ses yeux la silhouette d’un prince rampant sous les babouches de sa fille 🙂 et c’est tant mieux ainsi… du moment que la carotte coûte que coûte ne devienne une obsession… mais constitue en soi le meilleur de ce qu’on leur souhaite…

    A partir de là, on comprend mieux que l’unique garant de l’émancipation de la femme sont ses parents quant ils ne sont pas d’affreux irresponsables…en tous cas..c’est sûr que les conditions ne sont pas idéales partout car il existe en afrique, en asie et même en bavière ou en ecosse des femmes abusées, voir dilapidées par leurs propres parents ! mais si politiquement ce monde etait responsable, cela n’arrivera plus ! c’est sûr qu’en certaines terres d’islam, il se trouve aussi des parents qui haissent leurs enfants, mais encore une fois, si politiquement ces contrées devaient se resaisir, et si islam devait y avoir pour de bon, cela n’arrivera plus !

    mais quoi penser de ces femmes et de ces hommes qui se prenent pour l’objet de l’émancipation du monde ? ces stars du show-business, ces vedettes de la télé…etc, quoi penser de ces sectes du fric et du pouvoir qui ont pris le dessus et dominent les troupeaux ? alors qu’on ne vienne plus nous rabattre les oreilles avec ces cochonneries, les femmes s’émancipent chacune à son rythme dans l’environnement qui la voit naître, celles qui ont résussi et qu’il m’a été de connaître dans ma vie sont nombreuses, et sont celles qui n’ont pas eu la vie facile qui y sont arrivés !

    les autres, celles qui grognent dans leur coin en s’assurant de garder la carotte idéal comme but ultime et non négociable n’y arriveront pas, et c’est pas de notre faute ! non ?

    je salues les parents de toute la planète qui en décidant de mettre au monde leur rejetons prenent les responsabilités qui vienent avec, et je continue de préserver au fond de moi ce que les hommes et les femmes de cette planète connaissent parfaitement et qui se dit; responsabilités, education, etc… y a pas de raison pour que les femmes aient moins de chance que les hommes, sauf si vraiment elles ont un ennemi unique qui s’appelle la société de merde qu’on a…

  5. [Pour une conscientisation efficace, apparement il faudrait basculer vers le paradigme constructiviste ( l’action précéde le savoir ).]

    bélier tu suggères quoi? qu’on commence par donner un bon coup de pied avant de commencer la leçon ? 🙂

  6. Benji ainsi d’après toi l’unique garant de l’émancipation de la femme seraient donc ses parents. Ne serait-ce pas là limiter déja la « société » à une frange de sa population. Si je fais dans le raccourci simpliste j’en arrive à assimiler rapidement une « société de merde » et des « parents de merde » et encore plus rapidement j’incriminerais encore plus les grands parents quoique la merde n’enfante pas toujours que de la merde…elle sert plus souvent de fertilisant menant à l’obtention de beaux produits

  7. L’engrais a toujours été d’origine bovine mais bon passons et reluquons le degré d’auto-émancipation amazone à travers la photo de NL. Elle n’avait rien à promouvoir/vendre si ce n’est cette sensation du déjà vu (ailleurs certes…)

    Kb, on est dans un cas où on ne peut pas évoquer l’instrumentalisation de l’image de la Femme et le concept Désir/Frustration y est bien étranger.

  8. La femme est la mère de l’humanité, isn’t it Kb ?

    Si quelqu’un devrait penser à « s’émanciper », c’est bien le fils qui débute sa vie dans la matrice de sa génitrice puis dans ses jupons avant de la fuir entre les bras d’une autre femme pour ensuite en finir en recevant le baiser de la faucheuse.

    Se passer de la femme n’est pas une mince affaire, s’en dispenser n’est souvent qu’un voeu chaste, reconnaissons que ces guerrières ont pitié de nous mais ne le montrent guère.

    En somme, les hommes ne seront jamais que des porte faix se gargarisant des supposées vertus de leur portefeuille 🙂

    J’en veux pour indice la force du terme désignant le dysfonctionnment masculin « l’Impuissance », suffisant pour saisir l’essentiel de notre « valeur à jeter ».

    Leitmotiv du 20ème siècle : « fais moi un gosse et casse toi ».

    Celui du 21ème ressemble à s’y méprendre au titre de ton billet de Prince Noir : « tire moi ou crève »

  9. Dima…certes dans le cas NL on ne peut évoquer le concept désir/frustration mais l’on reste quand même dans une logique de promotion/vente utilisant le « choc » de l’image car si l’impression de déjà vu réduit à néant la notion de nouveau et que le ventre rond amenuise le côté « pute » de la maman il n’en demeure pas moins que l’instrumentalisation existe du fait de coller à ce corps la tête et le nom d’une célébrité locale sur un magazine local sensé représenter « LE » modèle marocain de la femme.
    ça aurait été une parfaite inconnue personne n’en aurait trouvé à redire puisque les magazines de santé regorgent de ce genre de photos
    reste à savoir maintenant si ce numéro s’est réellement vendu à plus gros tirage que les autres…

  10. Yug…je te rejoins sur le fait que la représentation à l’œuvre sur le plan symbolique est toujours la même : la maman et la putain, le mâle et l’impuissant…
    des lors le comportement relationnel que tu évoques se développe dans un contexte où l’espace public est de plus en plus rempli, à saturation presque, de sexualité. On a l’impression qu’il n’y plus de tabous ; par exemple l’homosexualité, la sodomie, le cunu-lingus ne sont plus considérés comme des perversions. On a parfois le sentiment qu’on parle beaucoup de sexe dans cette société, y compris à la télé. Certaines analyses disent que c’est le résultat dévoyé de la libération sexuelle. La femme objet est omni-présente, l’image du désir est partout. Mais on a l’impression que plus on en parle, plus on le voit, (et c’est là que je te rejoins)plus on est dépossédé de la possibilité de le réaliser…et on ne peut plus que crever de ne pouvoir tirer 🙂

  11. certes, le rapport inversé de domination depuis que la femme à cessé de prendre la pilule et que ce soit l’homme qui soit obligé de la prendre, est un phénomène qui conduira fatalement à une vasectomie généralisée des hommes si les choses continuent d’évoluer ainsi :)…

    par parents je voulais évoquer l’education et l’equilibre fondamental à tout être humain et celui de la femme qui est plus fragile sur cet aspect mental en particulier… maintenant ce qu’elle choisit de faire de son cul est une affaire strictement privée, car il s’agit bien de choix et non pas de contrainte.

    le cul et la pub ont certes en commun ce rapport frustration / jouissance qui est exploité à fond par les multinationales et les  »créatifs » de la pub, la femme n’est pas la seule qui y est exploitée, mais l’homme aussi, alors vivrons nous assez longtemps pour voir carément de la pornographie en mouvement sur les panneaux publicitaires… ? je ne le pense pas, je crois que cette époque axée sur le sexe touche à sa fin en occident et qu’on se dirige vers des concepts nouveaux mais tout aussi esthétiques bien sur…

    enfin..

  12. bien sur seulement celles qui luttent ou ou ont souffert ont une réelle réussite et puis surtout sans rien avoir eu a partager de leur finale réussite ou de leur peine car après tout elles l’ont voulu leur émancipation alors restées chastes ces héroines ont rejoint les rang des réussisant empêcheur de tourner au fond étalant leur échelonage de j’ai réussi tout vas bien il est lavé deux fois mon honneur tient voila que je te pousse j’ai ma coupe à plonger au puis ha que l’eau est claire merci mon dieu.

    A ça à la vie je lui dit arriviste qu’arimée même marrie je saurais alarmiste ne me croire à l’abri que lorsqu’elle animiste auras plus de fruit sous ce tropique triste qui chuerons sous ma faux et nourrirons ma vie. Attentiste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s