Nine illèveune, un 23 septembre…

Ce que j’apprécie, entre autres, dans cette ludique activité qu’est le blog, c’est ce pouvoir qu’il nous confère (et confère n’est certainement pas faire con) de retenir le temps.

Enfin quand je dis retenir le temps, n’allez surtout pas l’assimiler à une sorte d’alternative jouvencelle car vous seriez bien déçu par le ravinement accéléré de votre affreux visage (vous en doutiez ?) sous le poids, non des ans, mais du surplus d’activité bloguesque intensive.

Disons que c’est juste qu’il permet de retrouver intactes des émotions ou des sensations vieilles de plusieurs années, emprisonnées, là, à l’occasion d’un ancien billet sur lequel l’on revient avec une nostalgie ne se mesurant qu’en brins (je m’demande pourquoi d’ailleurs). Les tours qui s’écroulent pour l’exemple…c’est d’un « Rome Antique…. »

Bon, bin y a pas que ça, hein. Les événements traumatiques, ça marche aussi. Ainsi il y a 41 ans, à l’heure où j’écris ce billet, j’étais face au mur de madame la directrice, sur les genoux, les mains sur la tête pendant que mes petits camarades s’apprêtaient dans une ambiance criarde à visionner les aventures du petit indien.

Et vous, vous faisiez quoi ?

Bien entendu, ce post à été pensé, très émotionnellement, le 11 septembre 2009 mais n’a pu être mis sous presse, pour des raisons techniques, qu’au jour d’aujourd’hui…mais bon faites comme si n’spa ?

(note pour les années futures : là je m’apprête à aller botter du droit le mou d’abdel…de quoi provoquer l’émotionnel nécessaire pour qu’il me verse la somme que je lui ai prêté il me semble voila un siècle)

Zemblog…décalé

Publicités

5 réflexions sur “Nine illèveune, un 23 septembre…

  1. En combinant les chiffres ensemble, chacun réfère à une histoire, et tous transcrive ton histoire entre aujourd’hui et hier, jusque vers ce souvenir de l’indien : neuf ans.
    Il est étonnant ce que la symbolique peut nous éclairer sur les chiffres , leur rapport d’avec le corps et l’esprit. Dernier des chiffres simples, le neuf est la fin d’un cycle. C’est le nombre de mois nécessaire à la gestation d’un enfant; neuf cycles lunaires plus précisément. Sur un plan terrestre, il exprime une fin et un recommencement. on est toujours aux mois « 9/09 ».
    et c’est bientôt mon anniversaire , après l’équinoxe 😉

  2. Si tu n’avais pas fait le zouave, tu ne serais pas allé chez la directrice, pour te mettre à genoux, les mains sur la tête… J’espère que la leçon a porté ses fruits et que tu ne recommenceras plus 🙂

  3. sacré kb ! sûrement que t’étais amoureux de la voisine de classe, et tu te vengeais en semant la zizanie ! faut dire que la directrice t’a rendu service ce jour là, la preuve t’en garde un souvenir et tu remonte dans le temps… tu te souviens au moins de son prénom ? pas la directrice, mais la fille ?… moi je me souviens de la mienne ! ayayay… inaccessible, mon premier grand amour… elle se prénomait  »Hind » 🙂

    et c’était pas la peine de nous faire un billet de physique… quoi que..heuuu… y a 41 ans, c’etait l’âge du tempus incognitus ! l’observation de l’univers à travers la lunette quantique  »mauros » (traduire par marruecos), se résumait à une seule dimension, laquelle était mathématiquement exprimée et prouvée par l’ensemble de la population….! en gros, la physique de cette époque faisait que les hommes étaient presque tous timides, travailleurs, courtois et sincères, et les femmes étaient de même, en plus d’être coquettes et simples en même temps… 🙂 en ces temps là, en plus d’être encore un ange, super mignon avec cheveux bouclés et bien des qualités jupitériennes comme l’attestent de nombreux polaroids de l’époque, j’étais un physicien né !… je savais et j’ai toujours su l’existence de mondes parallèles, et je me foutait comme pas possible de la relativité d’einstein, c’est d’ailleurs et je le pense encore une idée qui lui est sans doute venue à cause de sa solitude et de son isolement… 🙂 y a qu’à voir le nid de cigogne qui lui servait de coupe garçon 🙂 bref, sans le savoir, j’étais un fin connaisseur de la  »théorie des cordes »… sans prétentions…:) et me demande pas de te l’exprimer mathématiquement… à 18 ans par exemple, je savais parfaitement comment maitriser une  »particule » femelle en lui jouant sur les cordes sensibles…:) mais là on aborde une autre ère, la métamorphose de l’ange en démon…:)
    nous sommes tous de foutus physiciens et même de sacrés  »mécaniciens quantiques »… victimes de notre égo, ou notre acharnement à vouloir maîtriser les  »particules mâles ou femelles » ! sauf que le marketing à résussi à faire de nous des cancres complets, la puissance de l’argent nous sert à abattre toutes les frontières morales et physiques, pour que notre univers s’écroule sans que l’on puisse jamais apprécier la notion de ce cher temps comme jadis… et pouvoir y remonter et descendre comme le coeur d’un adolescent qui bat la chamade du premier amour d’école…

    Benji…. théoricien de la corde sensible… 🙂

  4. et mabrouk el aid… on peut quand même remonter deux semaines dans le temps pour te le souhaiter à toi, ta famille, et à tes invités du blog…. 🙂

  5. Benji> la théorie des cordes dis-tu…mois je dis que t’as surement été boxeur dans ta jeunesse et que tu t’es fait tellement envoyer dans les cordes que ça a du te déserrer quelques boulons pour notre grand plaisir de te voir en tartiner autant…merci pour tes vœux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s