je me souviens…

S’interroger

À brûle pourpoint

Quand les poings brûlent

La solitude de loin

Pourtant parfois je me souviens

Et je viens sous

Le vent du jour…le jour d’avant…

Baisser l’envie quand l’en vie baisse

Amant d’un jour qui ment toujours

Les écrits restent…reste de cris

En travers de gorge…gorgée de nos travers

Lames brisées sur bris de l’âme

Et je me demande à quoi pourraient bien servir les larmes

Comme pourraient bien servir les armes

Servir les âmes ?

Sévir dans les cœurs

Nos ardeurs épiques…

Quand les heures, dards, nous piquent

Au temps qui passe

Et me passe le tant

Sur mes blancs cheveux

Blanche je te veux

Dans l’aimé si plat

Qui me déplait ô temps

Autant m’épeler ton nom

Et te rappeler mon non

Pour que sans fin l’on sème

Nos jeux de mots…aux maux du je

Au mot du nous… que l’on se noue

Qu’on fasse genou

Et…marchons dans le mot, lourds

Marchandons

De nos seuls corps

Les mots d’amour

Pour que je me souvienne encore…

kb…pour j’oublierai

Publicités

19 réflexions sur “je me souviens…

  1. au tout début de nos joutes, je m’affligeais de ne pouvoir éviter tes coups si habiles… ta plume touche et saigne tel un fleuret de maître qui inflige les pires maux aux mots les meilleurs…

    maintenant j’accepte mes défaite en attendant le jour où tu te feras vieux comme le temps, sénile de ton amour… quand je ne serai plus apprentie ni toi maître troubadour… je te vaincrai en signant, sur ton épitaphe, l’apothéose de ta bravoure…

    waaayli… apprentie fleurettiste..

  2. Echec et math poétique
    Kb, créer, c’est se souvenir (le souvenir comme faculté transcandentale).

    bon retour waaaly, que RDB marche sur ta traîne, et que les spectateurs acteurs que nous sommes , se delectent de la passion des mots en verve.

  3. waaayli…défaite?…n’exagérons rien. Bientôt tu n’auras plus de maître, que des émules qui voudront boire ce que peau aime à ton sein….kalimate bat déja le tambour de ta gloire 🙂

  4. s’il marche sur ma traîne je le traîne sur les marches du palais de justice :))
    tu veux qu’il me fasse un croche-pied ou quoi? divulgue tes intentions à mon égard Dame Kalimate!!

    waaayli… apprentie kbotine

  5. Kb: na na na…
    j’ai encore du chemin à faire et tu demeures le maître… t’as l’amabilité de me caresser la cabeza des fois pour m’assurer que je suis sur la bonne voie… je le vois :))

    ceci dit, je me réjouis à l’idée de devenir maîtresse… reste à savoir de qui…

  6. mourir de rire! je visualise la scène… accordez moi la mise en scène…
    je me demande où est passé yugurta et dima!
    fini les larmes et les pleurs, on y voit que du feu!

  7. on pourrait, a tort d ailleurs, rigoler sur les bons mots de kb tant la maestria avec laquelle il « feconde « les mots est presque parfaite.mais…gare aux exces impulsifs qui enivrent juste parce que certains vers sonnent (et trebuchent !)dans le sens du sens commun de l alacrité populaire …la preuve : »nos jeux de mots…aux mots du je »…admirable !

  8. correction : »nos jeux de mots…..aux maux du jeu « …voila…personne ne me poursuivra de crime de LESE_KB…

  9. kafkaien…je suis meme pas foutu de reproduire une ligne : »nos jeux de mots…aux maux du je « ..sacré kb..

  10. kalimate: on continue la pièce demain, le temps que s’amènent les chevaliers de la table rase :))

    kb: lé mignooooon le Bélier! le hic c’est que pour le prendre (en apprenti) va falloir devenir biche… je me vois souvent plus sauvage :p

    canard: j’oublierai…

  11. Et je nage, ce que je nage entre ces vagues de l’Être !
    Têtu de la rame, je ne la lâche pas…
    C’est tout ce qui me reste de la croisière.
    Elle peut servir !
    A quoi ?
    A taper rageusement sur le pif d’un requin, par exemple…
    Celui de la pub mensongère qui promettait une virée « d’enfer ».
    Waaayli aurait donc Un « Maître » ?
    Elle est bien nonne celle là !
    La « Déesse Lune » serait elle passée à l’étage « Super Nova » ?
    La trappe à Kb n’attrape aucune nigaude, tricheur !

  12. A force de tordre le cou aux mots, on risque de se transformer en tordu…
    Alors, de grâce, pour ton intégrité mentale, ne maltraite pas outre mesure les termes et les tournures stylistiques…
    Ceci dit, il faut se cantonner dans une posture naturelle, car rien ne vaut la spontanéité et le débit aisé et fluide de la parole…C’est la beauté même!

  13. abassi…je promets d’essayer mais ne garantit rien…et de toute façon il y a bien longtemps que l’intégrité à fui mon mental pour se loger dans le coeur…les convenances ça n’a jamais été mon fort. Je suis juste blogueur sans prétention de poète

  14. kalimate en deuil
    vous ne la réconfortez même pas
    quels amis vous faites?
    j’irais de ce pas
    étendre à la « brise libre »
    nos déchirures
    nos différends
    pour qu’elle les couse
    d’un fil blanc …

  15. kb cesse de dénigrer ton don… tu peux « tordre » le discours et alors? c’est à ton en honneur, c’est pas aisé à tout le monde d’en faire autant, par contre il t’est plus facile de communiquer avec un bien simple langage…
    on ne demande jamais à un maître boulanger s’il sait pétrir…
    tu restes mon maître en tout cas, quitte à devenir spécialiste en discours creux et abscons!

    waaayli… pâte à modeler 🙂

  16. Cher ami, si c’est pour l’unique plaisir, eh bien! ne te prives pas; use des jeux de mots & autres mots de je & de jeux…avant tout et après tout, c’est un espace de liberté d’expression voire d’expression de liberté! Et me voilà en train de succomber à la tentation sans m’en apercevoir, tellement c’est tentant & c’est … plaisant… Alors kb ou bk, à tes mots!

  17. ?A force de tordre le cou aux mots, on risque de se transformer en tordu…
    Alors, de grâce, pour ton intégrité mentale, ne maltraite pas outre mesure les termes et les tournures stylistiques…
    Ceci dit, il faut se cantonner dans une posture naturelle, car rien ne vaut la spontanéité et le débit aisé et fluide de la parole…C’est la beauté même!?
    Pshakh al bhar I love it when people have nothing to say and start la broderie de klam leqbab; quand on ne peut monter aux barricades faut se contenter d’apprécier. Il n’est pas donné au commun des mortels de savourer.
    Al moussamaha, en direct du Golf de Jdayda y mwah,
    Loula

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s