Passons outre….

Ah la formulation expressive de l’échappatoire chez l’homme[1] ! Elle ne manquera pas de nous étonner (enfin je parle pour moi… je sais que plus rien ne vous étonnes vous) par la mouvance de la forme qu’elle peut revêtir selon la circonstance…

C’est vrai que la circonstance n’est pas en rade non plus ! Elle ne manquera pas quant à elle de nous étonner par l’échappatoire de la mouvance de sa forme expressive !

Toujours est-il que chaque échappatoire, comme dans le principe de la surjection mathématique[2] , admettra au moins une circonstance dans l’ensemble de départ, celui qui résume notre vie…la mort étant l’échappatoire ultime à toute les circonstances…sauf que dans ce cas, le terme « échappatoire » se trouve ne pas être approprié car là (et c’est pas de Bruni que je parle), on nous aura en quelque sorte un petit peu forcé la main dans cette forme d’échappée extrême dont le sens nous échappe encore, mais à laquelle on aimerait bien pouvoir échapper et à laquelle personne n’y échappe jamais ….je sais que je vous embrouille mais il se trouve que ce matin je vous trouve plutôt une tête d’oeuf et que j’aime bien les oeufs brouillés et que je vous aime brouillons….à moins que vous ne soyez en train de faire un Ictère. En attendant c’est moi qui rit jaune de ne pouvoir échapper à pondre ce billet…voyez comment on en revient rapidement aux ovoïdes morphologiques.

Mais passons outre…sans que ça aie l’air d’une échappatoire.

Peut-être que ce long préambule n’est rien d’autre qu’une forme d’échappatoire de ma pensée qui rechigne à vous formuler clairement ce à quoi je tente d’échapper…comme quoi même à l’échappée il y a aussi quelque échappatoire…mais le but n’est pas de faire dans le méta échappatoire qui ramènerai toute l’essence spiritueuse de mon discours à une fuite en avant…comme si on pouvait fuir par derrière, à moins d’avoir la diarrhée ou d’être dans une série policière de série B. Non ! Vous me connaissez maintenant ! Je parle rarement pour ne rien dire et si il y a échappée du sens pour vous, ça n’est vraiment pas de ma faute (voir du côté génétique parental…p’tet que vous êtes des trisomiques en puissance sans le savoir ?)

Oui mais voila, à force de passer outre on en arrive rapidement à la fin (enfin c’était pas si rapide que ça…je sais que vous butez encore sur la première ligne).
En fait je trouve ce préambule tellement consistant qu’il me vient la gourmande envie d’en constituer le « point d’orgue » de ce billet…formule subsidiairement choisie afin de conserver un semblant d’envolée lyrique. Je vous donne soif avouez le ? Bon passons outre comme dirait un chamelier dans le désert de vos dunes cérébrales et arrivons à ce qui aurait pu faire l’essentiel de ce billet. J’ai trouvé à travers l’expression même du mot, un échappatoire pour rédiger ce que j’appellerai, de manière très solennelle, un « non-billet »…enfin pas tout à fait car vous ne pensiez quand même pas échapper à mes vœux de toutes les bonnes choses qui vous passent par la tête à l’occasion d’une fête que je vous souhaite aussi bonne que ce pauvre mouton qui encore cette fois-ci n’y échappera pas…pourtant c’est la commémoration de l’histoire d’un rescapé

Bonne fête à toutes et à tous…n’y passez pas outre, Dieu vous le rendra

Kb…guerrab biblique

Notes

[1] Le terme homme ici s’applique dans son sens englobant l’humanité entière…femmes, enfants, personnes à besoins spécifiques (le terme invalide étant obsolète), invalides de guerre (çui là est toujours valide et d’après de bibliques dires jusqu’à 40 jours avant la fin des temps), gays, barbus (des deux sexes), otaries du brésil  et gnous des cités périphériques.

 

[2] que ceux qui souffrent de perte de mémoire précoce se rassurent. Ce n’est pas encore de l’alzaïmeur et peuvent encore se  reporter à la page 36 de l’édition Nathan, mathématiques pour classe de 6ème pour tenter d’y voir plus clair

 

Publicités

21 réflexions sur “Passons outre….

  1. Abraca kb, Abraca kaba !

    Quelle sublime synthèse de la pensée occidentale ! Comment ne pas se reconnaître tous, tous ceux qui tentent par dépit, par excès de tout, par manque de peu, de donner une forme plausible aux élucubrations d’un imaginaire en permanence actif ?
    Ce résumé de l’essentiel propre aux collectors me rappelle l’adage fameux que je reprends fréquemment à mon compte, un blogueur est quelqu’un qui écrit, qui écrit, qui écrit… jusqu’à ce qu’il ait trouvé quelque chose à dire.
    Pour peu que ce quelque chose qui est dit corresponde à un quelque chose que quelque part quelqu’un souhaite entendre, alors là, nous touchons au divin, nous tutoyons les limites qui bornent l’infini, nous cernons enfin les noix.
    Bravo bk, merci aussi, cela me réconforte, m’inonde de joie, me colmate d’une satisfaction inespérée de savoir que même les plus grands d’entre nous peuvent s’adonner au patinage intellectuel.

    Merci dans toutes les langues.

    PhY

  2. la veille du Aid, jai voulu lui faire poliment et brièvement la discussion à un commerçant d’un certain âge; je lui dis : que Dieu vienne en aide aux pauvres qui n’ont pas de quoi acheter le mouton !
    il me répondit sur un air rapide et moralisateur : a sidi, les gens c’est des ignares ! le kessab ( éleveur ) met quasiment plus de 10 balles par jour pour nourir la bête pendant presque un an, il se peut qu’il laisse ses enfants affamés, mais n’affamera jamais les bêtes… les prix du  » Alf  » ont grimpé, que Dieu vienne en aide au Kessab !
    je fis alors un hochement de tête approbateur pour ne pas vexer l’energumène en question, qui ma foi devait surtout être en manque d’alcool, vu la dentition et la gueule qu’il cherchait à masquer en se donnant un air de ministre de l’agriculture outré par les désequilibres structurels du marché :))
    la première pensée sincère que j’ai eu alors est que Dieu maudisse les commerçants en tous genre, les gens qui se comportent en affamés et les même les moutons ! je me suis même posé la question pourquoi est ce que le ministère de l’agriculture ne ferait pas du Aid une occasion pour promouvoir les mauvais vins, et solder les stocks avec une formule; un mouton vendu = 10 litres de boulaouane !
    kb, c’est certain, si le rescapé dont tu parles et les prophètes qui l’ont suivi vivaient parmi nous, ils auraient interdit l’Aid, et intégré de larges notions du boudhisme au monotheisme par respect au pauvre mouton, et à l’hygièene publique ! ah, et que je n’oublies pas, ils auraient aussi et certainement interdit de diffusion les centaines de chaines sattelite arabes
    pendant ce Aid !

    en ce qui me concerne, une chance que je sois interdit de manger du mouton… bon Aid tout de même mon cher kb !

  3. Benji, sacrebleu (quoique le sacre fut plutôt rouge) c’est bien vrai que l’essence de cette cornue commémoration semble avoir glissée du spirituel vers la panse…mais du moment que la foi reste dans les coeurs on se retrouve finalement, tant bien que mal, très près des tripes….persévérons, p’tet qu’il y aura apres saturation une petite remontée vers de plus nobles organes…je sais qu’il faudra encore quelques siècles avant d’atteindre la cervelle et renouer avec ce que d’aucuns fous appellent la conscience
    ceci dit la bête était bonne cette année :)))

    kb…qui dore dine

  4. Phy de pont> Tu remarqueras que les blogs, malgré toutes les voies byzantines que peut emprunter le dire, font plus souvent passerelle entre les personnes que la gazette du soir que l’on lit dédaigneusement sur le fauteuil du salon en face de la télé…la seule touche moderniste dans ce tableau du couple standard est que la femme ne tricote plus les bigoudis sur la tête …elle réapprend l’harmonie du couple sur wikipédia élu grand guru du siècle.:))
    Tu as donc atterri ici via la plate forme d’un autre grand guru qui s’évertue à pacifier le monde, puisant sa profonde sagesse dans une bruichladichienne essence…qu’il en soit remercié. L’écrit sur le blog n’est qu’un prétexte à la communication et même si parfois on a du mal à suivre (comme Tilly) on ne peut s’empêcher de suivre ces fils tendus à travers la toile…et souvent au bout on y trouve d’agréables surprises…comme un Phy de pont, une Elle, une Waaayli, un Leblase, un Benji, un Dima, une houdac, un yugurta, une Ab6…(la liste est longue) tous très différent mais qui se ressemblent tant.
    Comme en plus t’es un adepte d’un genre que j’apprécie j’augure que bientôt nous reconstituerons le monde des à :))

    kb

  5. kb> L’écrit sur le blog n’est qu’un prétexte à la communication et même si parfois on a du mal à suivre (comme Tilly)

    Sur le pré des demain a l’aube, kb !
    Non mais c’est quoi ?
    T’es sur que tu confonds pas ?
    Et personne qui prend ma défense ici ?
    Tous les autres (Phy de pont, une Elle, une Waaayli, un Leblase, un Benji, un Dima, une houdac, un yugurta, une Ab6) ont des bons points et pas moi ?
    Ya qu’une seule mauvaise élève, et c’est moi ?
    La seule dont on suit pas les fils c’est moi ?
    Il n’y a personne qui m’aime, ici ?

  6. le traquenard a marché! Tilly a mordu à l’hameçon et a enfin « osé » si j’ose Phydepont m’exprimer, postilloner par ici :)))

    Tilly je t’aime…oui da on s’ébattra sur le pré…choisit ton verbe le mien est déja conciliant à ton égard . T’as le bon point de la semaine :)))

    kb…roublard de chez les redoublards

  7. tiens on parle de moi là! dire que je n’ai même pas commenté le post, outrée par les relents échappés et pensant l’échapper belle! mais voilà qu’une Dame Tilly me cite et m’incite à rejoindre le trip des tripes 🙂

    waaayli… embrochée

  8. Dame Waaayli,
    Il n’y a qu’un incitateur et un citeur ici, et c’est le patron. Malgré ce qu’il dit je suis venue hier ici de mon plein gré pour rouspéter (je savais bien qu’il m’avait prise pour Sainte Blandine chez leblase), et je ne postillone pas. Votre commentaire malgré vous est donc en fait bel et bien le résultat de sa vile tromperie, car il s’est trompé 😉
    Bon allez j’arrête avec ce ton moyenâgeux, le plagiat n’est pas une discipline que je maitrise, moi.
    Nous nous retrouverons surement, ici, la ou ailleurs. A plus.

  9. Ca commence mal, je ne sais pas écrire « Ā » le non A, et les souvenirs que j’ai de ce roman, comme de tous les romans de Van Vogt sont extrêmement agréables mais tellement lointains ! Tu viens de planter dans mon cœur un pieu acéré, (non Tilly, je ne dis pas que kb est mon cœur et que je veux monter dans son lit..) des tas de bouquins se bousculent confusément dans ma mémoire. Le plus emblématique : Le Monde de Ptah ; rien que le titre m’aspirait dans l’imaginaire, et Ptah me permet de rebondir sur l’aïd, auquel j’ai assisté l’an passé au Caire à l’époque de Noël. Quel choc ! Au-delà de la fête et des symboles qui malheureusement m’échappait en grande partie, le visuel incroyable de cette ville transformée en garde manger- abattoir-ferveur-joie… Je crois qu’on ne peut pas joindre de photos sur ton blog. Mais alors le coup de Van Vogt, là c’est cruel !
    PhY

    ben si on peut ajouter des photos

    celle si vient de mon ancien blog…du billet suivant plus précisémment le mouton enragé

  10. Phy…en fait on peut pas télécharger une photo sur mon ftp (à part moi bien sur) mais par contre on peut mettre le lien écrit de la manière suivante…suffit juste d’avoir l’adresse de la tof

    img src= »http://photos1.blogger.com/blogger/5722/1178/320/mouton.jpg » alt= »le mouton enragé » /

    bien entendu il faut mettre un à la fin apres le /

    je ne les ai pas mis juste pour que le lien s’affiche

    kb…lâche tes M L

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s