Au pied de la lettre

Rêve d’antan. La mer se brisant sur les lames de la terre démontée en vagues floues de mon regard, plongeant jusque sous les galets glissants…mon abîme. Là où se gâte mon âme, là où se gave mon drame si futile parfois…

Et je marche…

Jusque sur mes mots, le long du souvenir, en cordée mes tranches de vies tartinées à l’envie m’accrochant pour ne pas tomber

Et pourtant je m’en fous…

Comme de la dernière pluie qui tardera encore à venir. C’est pourtant là que je suis né.
Et quand on NAÎT on EST…la palissade certes
Mais quand on EST on se fait AVOIR

kb…les pieds sur les mots

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s