Les particularismes

Etant bombardé en continu ces derniers temps par le discours facétieux d’une liberté de la presse en phase de codification, je n’ai pu empêcher mon esprit suspicieux de relever l’antinomie engendrée par l’appairage même des termes code/liberté.
L’expérience a montré que dans l’esprit du législateur marocain le concept « codification » servait de manne à sa nature « censureuse » dont les penchants perceptifs de l’autre galvaudaient dans la tente caïdale du moi, enfermant, inconsciemment presque, la liberté dans la démesure du carcan de son particularisme.

Je me suis donc dis, afin d’en avoir le cœur net, expérimentons la chose par ce petit post dans le forum du « le Matin du Sahara » qui vient de faire peau neuve, abordant la nouvelle ère du journalisme sous les bons hospices d’une maquette chatoyante.

« Oyez oyez bonnes gens ! Si pour mieux vous plaire, et surtout vous pousser à mettre la main dans votre poche pour vous abreuver chaque bon matin que dieu fait à la source de l’institutionnalisation, la première feuille de chou nationale masque par tout un artifice maquettiste son air de vieille rombière moyennant quelques pièces, je m’en viendrai de mon côté apporter mon grain de sel, gratuitement, pour atténuer les effets de l’abêtisation sournoise fomenté par les commanditaires de la nouvelle livrée sensée représenter dignement la presse nationalo-partisane (vive la subvention !) .
Dans cette altruiste activité de conscientisation je rendrai tout de même au Matin ce qui appartient au mâtin et dirait tout de go que je conseille fortement sa lecture pour les personnes soumises de par leur conditions de travail (ou de son absence) à un grand stress…l’effet calmant étant indiscutable, vous retrouverez le La du zen au bout de la dixième ligne.
Le Maroc est beau et au matin il l’est encore beaucoup plus, tellement plus que l’on risque un choc « perceptif » par un détachement progressif de la réalité réelle (juste pour plaire au nasme) suite à une lecture abusive d’une matinalité quotidienne…
Permettez moi donc d’être ce garde fou, un peu fêlé sur les bords, qui vous fera faire attention de ne pas vous écorcher les lèvres sur la consistance du plat au moment d’en gober la couleuvre.
Bises au modérateur
»

Apres quelques jours d’attente de validation, le post fut tout simplement sucré…

Mes doutes étaient-ils donc fondés ?

Je suis pour la conscientisation massive du peuple pour transcender ce frein du particularisme qui chez la plupart se conjugue, dans un amalgame consternant, beaucoup plus à l’ethnocentrisme.
Trop insister sur cette vérité, que beaucoup chez nous prônent, « les peuples n’ont que les gouvernements qu’ils méritent » et par extension « les peuples n’ont que la presse qu’ils méritent » reviendrait pour moi tout simplement à enclaver le discours justement dans ce « particularisme »…ça reviendrai tout simplement à prôner une évolution dans la continuité
non, je préfère me placer hors de tout contexte obnubilant avant de prétendre mener une analyse constructive des aspirations populaires.

Discourir dans ce carcan (à l’intérieur du particularisme) reviendrait pour moi à participer à une grande entourloupette …chose que je ne pourrai jamais me permettre par honnêteté d’esprit…et par amour tout simplement de mon semblable.

Juste pour exemple : je considère les discours du libéralisme et de l’islamisme complémentaires. Ils distraient les esprits des luttes sociales pour les orienter vers des problèmes liés aux « identités », aux « racines » et autres « conflits de civilisations ».

Il s’agit d’une vaste manipulation.

Que certains participent pleinement à cette entourloupe, il n’y a pas de quoi s’en étonner, c’est leur intérêt. Que d’autres, s’affirmant de gauche, plongent dans le piège à pieds joints, c’est éminemment regrettable.

C’est la principale raison qui me fait gerber quand je lis des énormités chez certains éditorialistes qui, pour prendre un exemple, confinent l’analyse dans ce « particularisme » alors que l’essentiel qui pourrait faire évoluer les choses positivement est passé sous silence

L’intellectuel Samir Amin identifie bien le problème en soulignant que cette « idéologie (l’ultralibéralisme) est instrumentalisée par la stratégie de domination du capital parce qu’elle transfère les luttes de l’aire des contradictions sociales réelles au monde de l’imaginaire dit culturel, transhistorique et absolu ». Disputer des racines et des identités alors que le train libéral nous emporte vers l’abîme est davantage qu’une perte de temps : c’est une faute historique et politique. »

Faute historique et politique, en effet.

Une partie de la gauche se fourvoyant avec l’Islamisme, une autre en rajoutant sur le thème de l’honnêteté, dans la dénonciation de cette « faute ».

Pendant ce temps, le TGV du libéralisme poursuit sa route, sans entrave ni gêne aucune, pour le plus grand bonheur de ses quelques bénéficiaires. Au prix de souffrances accrues pour le plus grand nombre.

Je ne puis pas grand chose contre ces phénomènes, mais une chose est sure : l’Entourloupe ne passera pas par moi

Bon je vais aller retenter le coup sur le forum en question avec un article complaisant et voir ce que cela donne….

Keep tuned

Kb…cas particulier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s