le bal est ouvert !

J’ai assisté hier soir à l’émission « hiouar », sur la première chaîne, dans laquelle l’invité de Mustapha Alaoui ne brilla certainement pas par son emphase.

A l’approche des élections nous aurons certainement droit à une prolifération de ce genre de prestation où l’argumentaire peine à sonner dans le ton du réalisme, creusant un peu plus le fossé entre un électorat lassé et un « conglomérat » partisan qui suinte l’opportunisme politique par toutes les pores de sa « koutla ».

Au fil de l’émission, tout concourrait à confirmer cette impression diffuse qui se tortillait en moi, n’arrivant pas à prendre pied dans la motivation réelle de cette présentation. De l’assistance, hétéroclite dans l’idéologie, aux questions parachutant un discours désuet, tout venait confirmer cette volonté de remettre le pied à l’étrier à un parti en perte de crédit en faisant monter au créneau sa jeune génération par la voix, pas très porteuse il faut le dire, de Nizar Baraka. Une voix qui confirme surtout l’ascendant génétique qui plane sur ce parti aux allures d’entreprise familiale.

En résumé le discours fut faible, désuet et pas très convaincant, à l’image des mains et de la voix tremblotante de l’orateur. Des positions pas très claires et beaucoup de récupération faite – de l’affaire du sahara aux projets sociaux- sur le dos de la koutla, représentée en masse dans l’auditoire et qui a laissé faire indolente…complaisante même.

Se cacher derrière la crise idéologique mondiale pour légitimer sa propre récession n’est qu’une maladresse de plus qui aura bien du mal à effacer l’ombre néfaste « d’anajat » qui plane sur le parti. Quant à placer « mitaq acharaf » en placebo dans le processus électoral ne fait que renforcer cette idée que le débat politique dans notre pays continue à ne concerner que le désaccord en matière de système de gouvernance en dehors de la sphère expressive de la volonté du peuple, condamnant ainsi le discours politique à rester abscons pour une majorité de la population, ce qui en l’occurrence ne pourra jamais provoquer cette synergie capable de mener le pays vers une évolution salvatrice.
Cerise sur le gâteau : « le but du parti n’est pas le nombre de siège…mais travailler pour le bien être de ce pays »…une couleuvre difficile à avaler. L’Istiqlal à eu plus de quarante ans pour « travailler» le pays…nous avons vu le résultat !

Note : zéro pointé !

Kb…en campagne

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s