Partir

« la passante »
huile sur toile de Qodaïd











à Loula…

Qu’advienne le sort
Les dés en sont jetés
Valant toutes les chances

La vie se déhanchait
Insouciante désormais à l’angle du temps
Biaisement de mots
Fuyant la mort

Chaque soir à la mer
Brûlait sa fin
Valant toutes les danses
D’a peine l’heure d’un pas de deux
Rythmant la nuit dans le silence

Nos gorges pourtant se souviennent
Emoussées de sanglots
A l’embrasure des choses vaines
D’une phrase, d’un mot
Insignifiance
Pourtant combien source de peine

Un cri replié sur le rêve enclos
Fouillait le tendre
Où l’émergence d’un partir à l’envers des maux
Dans ce profond qui nous anime
Au fil du temps prenait naissance

kb…qui reste

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s