Ce bonheur au coin du feu

Quand la nonchalance se conjugue à un fond de musique, une cheminée qui vous retient chez vous au chaud et qu’au dehors dans la nuit, le hurlement d’un vent sur quelques flûtes d’arbres qui bougent dans tous les sens et qui fait vibrer l’air des sons venus d’un autre monde. Ces éléments chamboulent votre quiétude : je vois un sourire se dessiner sur quelques lèvres.
Un coup de foudre, non celui d’un grondement de tonnerre, mais un réel besoin d’écouter un peu de musique pour camoufler ces sons qui narguent votre sommeil : un LAMA aux intonations très chaudes, ou une voix plus suave aux intonations latines : le choix est assez délicat dans ces moments là.
Halo de lumière ? Ou lumière tamisée pour créer d’une main de fée un espace douillet où on a envie de rester le plus longtemps possible, un délicat mélange de couleurs, comme ce tableau aux paysages agrestes où on a l’impression que se dégagent une chaleur et un subtil cocktail de senteurs.
On est saisit par un étourdissant calme semblant de cet intérieur et qui aux sons de cette musique ramène une sérénité presque palpable qu’on a envie de dessiner , presque de saisir cet instant sur une toile. Mais aujourd’hui l’attention est captée ailleurs…
On m’avait déjà répété que le feu dans une cheminée est une présence, je n’avais jamais cru en cette parole ni lui donner crédit : je me disais que les gens s’inventaient des personnes, ou que c’est le fait d’être plongé dans ses souvenirs qui donnaient cette fausse impression, jusqu’au jour où on le vit réellement.
Personne chez soi, sauf ce feu allumé dans une cheminée en pierre. La pierre a une histoire mondiale , chaque fois me prend l’envie de la toucher de ma main, elle est à la fois lisse , patinée et belle, gardienne de la chaleur qu’elle diffuse aussi doucement dans tout l’espace qui l’entoure. Souvent me prend le désir de rester des heures devant cet antre.
Besoin de rien, mais juste de lire un livre ou tout simplement observer ces flammes toutes belles qui illuminent à elles seules toute la pièce.
On est juste tenu sous le charme de quelque chose dont je ne trouve pas le nom.
Une sensation comme si la cheminée animait à elle seule une présence mystérieuse, et que cette personne se faisait accompagnée avec un soupçon de parfum métissé, sentant à la fois le santal, le bois et l’encens.
Dans cet espace, le temps s’arrête, se coule au fil des douceurs de pensées qui nous agrippent, au fil où notre mémoire et souvenirs nous font voyager et puis surtout au fil de cette flamme, belle à vous couper le souffle.
Subjuguée par cette présence qui vous ouvre des portes pour récupérer vos rêves et vous réconcilier avec vous-même ?
Entre la magie d’un feu doux et l’ombre d’une flamme, une fresque s’entretient au doux feu de vos mots.
Perdus dans vos pensées s’entretient une délectable présence, gardienne des sons de votre cœur.
Le mot ne meut jamais, il se donne, se libère et se multiplie de splendeur.
Il se raconte dans une rivière de phrases pour capter la lumière, la passion, il se déploie sur de lointains rivage jusqu’à arriver à bon port.
Un port d’attache qui le retient dans une expression pleine d’étoiles.
Des yeux pleins d’étoiles ?

Lynn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s