DA VINCI CODE:un roman , une intrigue

DA VINCI CODE est un roman qui nourrit une certaine polémique sur la religion. Le romanesque se tisse sur une base de réalités historiques un « peu disparates ». Toutefois, il est à noter que dans la version française figure l’appartenance au genre romanesque.
S’il est vrai que l’auteur s’appuie sur des réalités historiques, sur des personnages connus, cela ne fait que renforcer encore plus le lecteur dans l’ambiguïté , dans la confrontation de deux mondes : l’un « imaginaire », l’autre « réel ».
L’auteur explore, exploite la réalité avec les nombreuses interprétations auxquelles elle peut être soumise au profit de la fiction. Il mêle savamment la confusion entre les deux mondes. L’ésotérisme, la présence de sociétés secrètes alimentent l’intrigue.
Dan BROWN cite Leonard DA VINCI, son tableau : la JOCONDE ou plus exactement le sourire de la JOCONDE. Ce dernier suscite des interprétations plurielles. Le mystère envahit l’espace romanesque en un jeu de piste et d’énigmes à résoudre.
Les personnages d’aventures en aventures sont en quête d’objets et de lieux, de vérités…
DA VINCI CODE est un roman troublant : l’intrigue se base sur l’existence d’une société secrète qui protège le Graal.
Le Prieuré de Sion est une société qui regroupe un certain nombre de personnages connus. Son but premier est de protéger la descendance des mérovingiens.
L’auteur nous entraîne dans un fabuleux voyage dans des lieux historiques que le lecteur découvre, redécouvre sous d’autres facettes, à l’image d’un voyage accompagné d’un guide touristique, mais où le lecteur ne doit jamais oublier qu’il est dans un monde parsemé et émaillé de fiction, même si les lieux ont une existence réelle.
Le lecteur part à la découverte de mondes secrets où l’auteur argumente pour étayer sa thèse de départ.
DA VINCI CODE est un roman intéressant plein d’analyses symboliques de tableaux, d’objets…..
Le lecteur en quête d’énigmes y trouve son compte. Personnellement, je n’ai pas cherché dans un premier temps de mettre en parallèle les deux mondes, j’ai juste lu le roman comme une fiction. Je peux affirmer que l’auteur nous entraîne un peu dans le monde. Il nous tient en haleine, on a qu’une seule envie : c’est d’arriver à la fin du roman pour pouvoir résoudre l’énigme. On retient notre souffle chaque fois que les deux personnages principaux sont en danger de mort, ou aux aguets, à l’affût de chaque indice pour résoudre, comprendre ce qui se trame dans cet espace romanesque si prenant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s