L’épave

L’épave

Roulent les vagues dans mon cœur
Chanson d’écume et de douleur
Elles hurlent dans ma tête
Coquillage blanc
Délavant le soleil
Au rythme du temps

Voguent sur mon corps les souvenirs
De tes caresses au goût du vent
Accrochant à ma peau
des cieux salés
A fleur d’eau

une petite goutte
une toute petite goutte d’amour
verte bouteille
et assouvi je m’en irai
épave jusqu’à la lie
au fond des eaux où tu sommeilles

kb
juin 2004
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s